Qu’est-ce que la 2ème vie, le surcyclage ou l’upcycling?

deuxieme-vie-des-batteries-upcyclingPrenons un exemple familier : nous avons tous un ami, un voisin, un proche qui a décidé de récupérer des palettes de bois pour en faire quelque chose de nouveau : un salon de jardin, une table, un aménagement extérieur utile qui va servir dans son quotidien.

C’est vrai, c’est un peu dommage de déposer cette palette à la déchetterie, sachant qu’elle peut avoir encore une utilité dans une nouvelle vie ….une deuxième vie.

Donner une deuxième vie à un objet, c’est lui donner une fonction nouvelle en le modifiant et en le plaçant dans une autre application. C’est aussi qu’on appelle aussi le surcyclage ou l’ « upcycling », à la différence du recyclage.

Le sujet sensible des batteries et de leur recyclage

Le sujet de l’électrification des véhicules et des batteries entretient beaucoup de débats dans notre société. Aujourd’hui l’électrification des véhicules semble inévitable, dues aux ressources limitées de l’énergie fossile, et également de l’empreinte carbone totale d’un véhicule sur tout au long de sa durée de vie, qui donne clairement l’avantage aux véhicules électriques (cf : schéma ci-dessous).

La deuxième vie des batteries lithium

Les batteries qui sont placées dans les véhicules électriques en circulation sont utilisables tant qu’elles possèdent 70 % de leur capacité, c’est-à-dire 70% de l’autonomie originelle. On comprend rapidement qu’après s’être habitué à une autonomie de 400 kilomètres, le conducteur sera pénalisé si celle-ci est réduite à moins de 280 kilomètres.

La valorisation métallurgique

En dessous de 70% de capacité, ces batteries ne sont plus aptes à rester dans les véhicules. Il faut les recycler. Une batterie est un ensemble de différents métaux et d’éléments chimiques, et peut être démantelé et valorisée comme matériau : c’est ce que nous appelons la « valorisation métallurgique ».

Certains acteurs, leaders dans ce secteur, ont déjà bâti des partenariats avec des constructeurs automobiles au niveau européen. Il faut posséder toutes les infrastructures nécessaires à ce procédé industriel exigeant, qui demande un savoir-faire spécifique et un niveau de sécurité très élevé. Il permet en fin de traitement la revente de métaux sous forme de matière première.

Ce procédé est massivement utilisé aujourd’hui, et est en pleine croissance étant donnée l’évolution de mise en marché des batteries dans le monde. Cela ne concerne pas que le secteur automobile mais beaucoup de secteurs tel que la robotique, l’électro mobilité, et a vocation à se développer massivement.

Si on considère le recyclage en Europe des batteries des voitures électriques, nous sommes actuellement à 15000 tonnes par an. Christel Bories, présidente du Comité stratégique de filière mines et métallurgiques prévoit environ 50 000 tonnes à recycler à partir de 2027, et plus encore sans doute en 2030. Ce chiffre pourrait être multiplié par plus de dix en 2035 pour atteindre 700 000 tonnes.

La valorisation énergétique, la deuxième vie ou l’upcycling

Majoritairement composées d’électronique et de cellules électrochimiques, les batteries peuvent être démantelées. Ce procédé permet notamment de séparer l’électronique, c’est-à-dire le BMS ou Battery Management System, des cellules électrochimiques.

Les cellules vont alors être analysées et en fonction de leur état de santé, elles pourront être requalifiées pour une 2ème vie ou recyclées. Les cellules validées seront assemblées dans un nouveau pack batterie avec un nouveau BMS pour un nouvelle utilisation, hors du secteur automobile. La méthode consiste à réutiliser les cellules initialement assemblées pour l’automobile, d’ajouter un nouveau BMS et de concevoir un système d’énergie stationnaire qui permettra de réduire les consommations d’électricité dans un bâtiment pour plusieurs années.

Ou comment transformer les batteries « pour l’automobile » en batteries « pour les bâtiments »

De grands industriels tels que Nissan, avec le nombre important de voiture électriques LEAF actuellement en circulation, sont également inscrits dans cette démarche à la fois économique et éco-responsable.

Le rôle du BMS dans ce procédé

Le BMS est le cerveau d’une batterie. Pour sa deuxième vie, la batterie a besoin d’un nouveau BMS adapté à sa nouvelle application.

Le BMS apportera la sécurité et veillera aux meilleures performances possibles de la nouvelle batterie composée de ses cellules de 2ème vie. Il contribue pleinement à ce procédé d’économie circulaire.

Quelle que soit la tension de ce nouveau système, des besoins en sécurité et en performance, BMS PowerSafe peut proposer des solutions BMS adaptées pour la deuxième vie des batteries lithium.